Ciné-débat QUE M’EST-IL PERMIS D’ESPÉRER ? le 2 juin 2022

Le Réseau AMY (Réseau pour l’Accueil des Migrants en Yvelines, collectif d’associations)
propose un Ciné-débat avec le film

QUE M’EST-IL PERMIS D’ESPÉRER ?
Jeudi 2 juin 2022
à 20h30 – Entrée : 5€
Cinéma Frédéric Dard
77 Bd Victor Hugo – Les Mureaux

« Il n’y a pas de crise des migrants, il y a une crise de l’accueil »

Film documentaire réalisé par Vincent Gaullier et Raphaël Girardot
sorti en 2022 et primé au Festival du film social

Affiche du film "Que m'est-il permis d'espérer"
Affiche du film “Que m’est-il permis d’espérer”

Dans un camp humanitaire ouvert à Paris, Porte de la Chapelle, des réfugiés sont en transit. Quelques jours à peine d’humanité dans ce centre de « premier accueil ». Là, ils se reposent de la rue où ils ont échoué à leur arrivée en France après un voyage de plusieurs mois. Souvent de plusieurs années. Mais déjà, ils doivent affronter la Préfecture et entendre la froide sentence administrative.

Dossier Presse : http://www.permisdesperer.fr/

Site du cinéma : https://www.cinema-frederic-dard.fr/film-307.html

Affiche à télécharger et à partager ci-dessous :

QUE VONT-ILS DEVENIR ? Sans leur titre de séjour, quel avenir les attend ?

Après “QUE SONT-ILS DEVENUS ?” paru en 2018, voilà notre nouvelle brochure :
QUE VONT-ILS DEVENIR ? Sans leur titre de séjour, quel avenir les attend ?


http://www.resf78.ouvaton.org/

3 juillet 2021 Nous fêtions nos 15 ans devant les grilles de la préfecture de Versailles.
La brochure reprend le déroulé de notre mobilisation du 3 juillet : les témoignages des jeunes, les interventions et les communiqués accompagnés d’info utiles à connaître.

Elle sera, nous l’espérons un outil pour informer de la situation politique actuelle, mieux conseiller les jeunes, sensibiliser sur nos combats. Et ainsi participer à la campagne électorale du printemps prochain à notre manière..

Prix libre – prix de revient : 3 euros // prix conseillé : 5 euros // prix ami : 10 euros

Versailles : soutien aux grévistes de la faim de Calais

Le prochain Cercle de Silence de Versailles se tiendra

le 11 novembre 2021,
place du marché aux fleurs de Versailles
de 18h à 19h

en soutien aux militants du Secours Catholique en grève de la faim à Calais depuis le 11 octobre dernier.
À ce jour, l’entrevue avec le médiateur du gouvernement, M. Leschi, n’a débouché sur aucune solution concrète pour améliorer la situation des “migrants”, pourchassés jour et nuit à Calais. Soyons nombreux à les soutenir par notre présence, en solidarité avec les étrangers sans papiers, pendant quelques minutes ou 1h, en silence, autour de la petite lampe allumée…

Voici la dernière lettre du cercle à télécharger au format PDF :

Toutes les infos sur le Cercle du silence de Versailles sont à retrouver ici : https://sites.google.com/site/cercledesilenceversailles/

Manifestation de soutien au peuple afghan – 2 octobre 2021 à Élancourt

L’association Dire et Agir et le groupe 170 de Saint-Quentin-en-Yvelines d’Amnesty International organisent une

Manifestation de soutien au peuple afghan

Le samedi 2 octobre 2021 à 11h00
place du commerce – Centre les 7 Mares – Élancourt

pour témoigner leur soutien au peuple afghan, à ceux qui luttent ou sont menacés par le nouveau pouvoir entre les mains des talibans

Voici leur communiqué :

« Le 15 aout dernier, il y a peine un mois et demi, leur arrivée à Kaboul faisait la une de toute la presse, écrite, télévisions, radios .
La gravité de l’évènement, les conséquences dramatiques attendues, étaient largement dénoncées.
Aujourd’hui la famine et le désastre sanitaire menacent, l’économie est en panne, l’éducation est devenue la dernière préoccupation des nouveaux maitres du pays, les femmes sont sommées de rester cloitrées.
En réponse le silence des médias a succédé à la surenchère d’informations des premiers jours.
Daesh a été vaincu, un autre est né et partout dans le monde l’islamisme avance.
Les preuves du danger qui pèse sur notre démocratie se multiplient ; les victimes s’ajoutent semaine après semaine partout où, avec d’autres, nous combattons, ce qui est devenu un fléau mondial.
Il n’est pas question pour nous de mettre en cause les musulmans qui dans leur très large majorité sont loin de partager une idéologie obscurantiste au service des extrémistes dont l’objectif est la disparition de nos civilisations.
Ne restons pas les bras croisés, dénonçons, informons, soutenons ceux qui se battent pour le droit et la liberté de penser de tous. »

Contacts :

Problèmes récurrents à l’OFII : réponse du Défenseur des droits

Rappelez-vous : en mai 2021, le Réseau pour l’Accueil des Migrants en Yvelines (Réseau Amy) écrivait à l’OFII Montouge pour signaler des dysfonctionnements récurrents (problèmes avec les CMA, problèmes de communication, délais, sorties d’hébergement …), exemples précis à l’appui, en prenant soin de mettre les députés et les sénateurs des Yvelines en copie. Dans le même temps, il interpellait le Défenseur des droits sur le même sujet.

Quelques mois plus tard, aucune réponse de l’OFII, une réaction de député et une réponse du Défenseur des droits. Nous partageons avec vous cette réponse :

Paris, le 20 juillet 2021 


A rappeler dans toute correspondance: N/Réf : 21-011389/ DFDE 

Interlocuteur: Ratiba ABOUFARES Courriel:  

Monsieur, 

Vous avez souhaité signaler aux services du Défenseur des droits plusieurs difficultés que vous rencontrez de manière récurrente avec la direction territoriale de l'OFII de Montrouge. Vous nous avez en effet transmis une copie du courrier adressé à cette direction territoriale par votre collectif dans lequel vous dénoncez les difficultés d'accès à la plateforme téléphonique gérée par l'OFII pour l'accès à la procédure d'asile, aux conditions matérielles d'accueil (CMA) des demandeurs d'asile, des interruptions de versement de l'allocation pour demandeur d'asile (ADA), des fins de prise en charge prononcées sans solution alternative d'hébergement ainsi que le délai de mise en place du contrat d'intégration républicaine pour les bénéficiaires d'une protection internationale. 

Le Défenseur des droits a pleinement conscience de ces défaillances, que nous observons sur l'ensemble du territoire français, témoignant des difficultés que rencontrent les demandeurs d'asile et les bénéficiaires d'une protection internationale pour accéder à leurs droits. Ainsi, en plus des nombreuses réclamations qu'elle traite chaque année sur le sujet, l'institution a publié plusieurs rapports, avis au Parlement sur des projets de loi et décisions visant précisément à pointer les obstacles rencontrés par ces publics dans l'accès à leurs droits fondamentaux. 


A titre d'exemple, je vous renvoie au rapport sur les droits fondamentaux des étrangers en France, publié le 9 mai 2016 et aux rapports concernant la situation des exilés à Calais et à Paris publiés en 2015 et 2018. Plus récemment, dans les décisions n° 2020-147 et 2020-150, publiées le 10 juillet 2020, le Défenseur des droits a dénoncé la dégradation des conditions d'accueil réservées aux demandeurs d'asile en France et a formulé un certain nombre de recommandations à l'attention de l'OFII et du ministère de l'Intérieur pour y remédier. 

Vous retrouverez l'ensemble de nos publications sur le site internet du Défenseur des droits. 

Sachez que les éléments que vous nous avez transmis nous sont très utiles pour alimenter notre réflexion et ainsi contribuer à l'élaboration de la doctrine de notre institution. Nous vous en remercions vivement. 

J'appelle votre attention sur le fait que vous avez toujours la possibilité de nous saisir de réclamations individuelles en veillant à nous transmettre l'ensemble des pièces utiles à leur instruction (décisions administratives, échanges avec l'OFII, requêtes introductives d'instance en cas de saisine du tribunal administratif, décisions de justice rendues, etc...). 

Je vous remercie de la confiance témoignée en notre institution et vous prie d'agréer, 

Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées. 

Pour la Défenseure des droits, Le Directeur Protection des droits - Affaires publiques 

Marc LOISELLE 

PS : l’adresse de notre bénévole a été masquée par respect, le formulaire du Défenseur des droits permet d’interpeller au nom d’une association – le Réseau Amy désigné ici par le collectif – mais oblige à mettre une adresse postale et un nom de contact.

Pétition – Jeunes majeurs étrangers, sortir de l’impasse

Le Réseau pour l’Accueil des Migrants en Yvelines (Réseau Amy) relaie la pétition mise en ligne en mars 2021 par la ligue des Droits de l’Homme.

La LDH a initié une campagne pour mobiliser l’opinion publique sur la situation des jeunes majeurs étrangers et, le cas échéant, de leurs familles.

Une soixantaine d’organisations ont lancé un appel en faveur des jeunes majeurs étrangers qui reçoivent une obligation de quitter le territoire français (OQTF) quand ils atteignent la majorité (affaire du boulanger de Besançon et bien d’autres).

Cette campagne intitulée “Jeunes étrangers, sortir de l’impasse” part de plusieurs constats :

  • la contestation systématique de l’identité des jeunes arrivés mineurs non accompagnés et même de leur âge, y compris quand ils ont été placés par un juge des enfants ;
  • la quasi disparition des possibilités de régularisation des familles avec enfants mineurs ;
  • les difficultés croissante d’accès aux préfectures via la dématérialisation ;
  • face à ces embûches, nous constatons, à l’inverse, les manifestations de solidarité de plus en plus nombreuses autour de ces jeunes.

Un COMMUNIQUÉ DE PRESSE a été publié le lundi 8 février. Il est désormais signé par plus d’une soixantaine d’organisations nationales.

Nous voulons poursuivre et amplifier ce mouvement de solidarité.

Retrouvez cette pétition ici :

À signer et à partager : https://www.ldh-france.org/petition-jeunes-majeurs/

Retrouvez aussi l’appel de 225 personnalités publié dans le journal Le Monde le 27 février 2021, qui a été le point de départ au lancement de la pétition.

Nous devons tout mettre en œuvre pour la diffuser et la faire signer massivement avec nos partenaires tant au niveau national que local, multiplier les initiatives notamment avec les réseaux et collectifs de soutien et d’action en faveur des exilés.

Conséquences du couvre-feu sur les déboutés du Droit d’Asile – lettre à l’OFII

Avec l’entrée en vigueur du “couvre-feu” d’octobre 2020, le Réseau pour l’Accueil des Migrants en Yvelines reste plus que jamais mobilisé et vient d’adresser un courrier à Madame La Directrice de la délégation territoriale de l’OFII de Montrouge sur les conséquences du couvre-feu sur les déboutés du Droit d’Asile actuellement hébergés au sein du Dispositif National d’Accueil

Retrouvez cette lettre en format PDF en bas de cette page.


Madame la Directrice,

Nos associations ont reçu plusieurs personnes hébergées dans des établissements de votre dispositif d’accueil pour demandeurs d’asile dans les Yvelines qui ont reçu récemment des notifications de fin de prise en charge.
Nous sommes très inquiets pour ces personnes à qui on ne propose aucune solution d’hébergement ultérieure pouvant effectivement les accueillir.
Vont-elles devoir dormir à la rue, alors que nous sommes en période de couvre-feu, et que quiconque se trouve dans la rue, sans motif professionnel ou d’urgence, entre 21h et 6h du matin est en infraction ?
Pouvez-vous donc nous confirmer que, compte tenu des circonstances, vous prolongerez leur hébergement jusqu’à ce qu’une mise à l’abri effective pour la durée du couvre-feu leur soit proposée ?
Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions, Madame la Directrice d’agréer l’expression de notre respect républicain.
Le comité d’animation du Réseau AMY

Marche nationale des sans-papiers : on marche vers l’Élysée

La marche nationale des sans-papiers sur son parcours Ouest, partie de Rennes le 3 octobre 2020, fait une étape dans les Yvelines ce mercredi 14 octobre 2020.

Programme du Mercredi 14 octobre :

  • 11h00 : Rassemblement devant la préfecture – avenue de Paris à Versailles – accueil des marcheurs/marcheuses, prises de paroles
  • 12h00 : Départ de la marche Versailles-Plaisir (15 km) pique-nique sur le parcours
  • 18h00 : Rassemblement devant le Centre de Rétention Administrative (CRA) de PLAISIR – 889 avenue F. Mitterrand – accueil des marcheurs/marcheuses, prises de paroles
  • 19h00 /19h30: Fin de la manifestation. Départ pour les hébergements.

Les bénévoles des associations et collectifs du Réseau Amy et des Voisins Solidaires de Versailles seront là pour accueillir, nourrir et héberger les bénévoles.

Venez vous joindre aux marcheurs dans les Yvelines et participez au rassemblement final le samedi 17 octobre 2020 à 14h00 place de la République à Paris.

Relance – Lettre au préfet de région – Mise à l’abri des personnes sans résidence stable

Ce 25 juin 2020, le Réseau Amy a envoyé une lettre de relance au Préfet de la Région Île-de-France. Dans cette nouvelle lettre, qui fait suite au courrier envoyé le 26 avril 2020 (à retrouver ici), les associations et collectifs membres du Réseau Amy font part de leur inquiétude sur la fin annoncée (10 juillet) de la prise en charge des personnes actuellement hébergées, avec risque de mise à la rue dans les jours à venir.

Retrouvez ci-dessous le texte de cette lettre et sa version PDF.


Le 25 juin 2020

À M. le Préfet de la Région d’Ile-de-France
Copie à M. le Préfet des Yvelines
et à Mme la Directrice de la DDCS 78

Monsieur le Préfet,

Dans notre lettre du 26 avril 2020, nous vous avions exprimé le souhait que soit pérennisé l’hébergement des personnes sans résidence stable organisé en raison du confinement. Dans votre réponse du 29 avril, vous nous aviez indiqué qu’un groupe de travail avait été constitué pour proposer des réponses aux enjeux du déconfinement pour les personnes vulnérables et que vous nous tiendriez informés des décisions prises à cet égard.

D’autre part, nous avons pris connaissance de la circulaire du 3 juin du ministre Julien Denormandie dont nous avons retenu le principe clé d’éviter toute sortie sèche des places exceptionnellement ouvertes jusqu’au 10 juillet.

Nous nous approchons de la fin de la période d’urgence sanitaire et des personnes hébergées à l’hôtel par le 115 ou dans des structures (par exemple HUDA) par l’OFII nous font savoir qu’elles ont été informées d’une mise à la rue dans les semaines qui viennent.

Devant ces informations contradictoires, nous vous interrogeons donc sur la mise en œuvre dans le département des Yvelines des mesures permettant de respecter le principe clé préconisé par le ministère.

Nous réitérons solennellement notre souhait que les personnes mises à l’abri durant le confinement puissent bénéficier d’un hébergement pérenne en raison de leur extrême pauvreté. Étant bien entendu que cela ne peut se faire au détriment des sans-abris appelant le 115 ou des personnes disposant d’un droit au séjour au titre de leur statut de demandeurs d’asile ou de réfugiés.

Comme la loi le déclare : ” Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence” (article L. 345-2-2 du code de l’action sociale et des familles et découlant de la loi 2018 -10231 du 23 novembre 2018).

La crise sanitaire a montré que c’était possible. Il s’agit maintenant de se maintenir au même niveau d’exigence, c’est-à-dire celui fixé par la loi.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, à notre attachement aux principes de fraternité et de solidarité, et d’agréer l’expression de notre respect républicain.

Pour le Réseau AMY, le comité d’animation 

Pour répondre à ce courrier :

Le Réseau-AMY est l’assemblée locale 78 des États Généraux des Migrations.

https://www.reseau-amy.org/

https://www.facebook.com/reseauAmy

Associations et Collectifs membres du Réseau AMY

  • Amnesty International Versailles
  • ACO VIS (Action Catholique Ouvrière Vallée Industrielle de la Seine)
  • ACI 78 (Action Catholique des milieux Indépendants)
  • ASTI du Mantois
  • ATD Quart Monde Yvelines
  • ATTAC 78 Nord
  • CELY (Croyants en liberté Yvelines)
  • CAMA (Collectif pour l’Accueil de Migrants à Achères)
  • Cercle de Silence de Mantes et du Mantois
  • Cercle de Silence de Versailles
  • La Cimade (Plaisir et Versailles)
  • Collectif Voisins Solidaires de Mézy
  • Collectif de soutien aux réfugiés et sans abri de la confluence
  • Comité de soutien aux réfugiés des Tilleuls de Triel-sur-Seine
  • Communauté Emmaüs Dennemont
  • Forum du Mantois
  • LDH Yvelines (Ligue des Droits de l’Homme, Fédération des Yvelines)
  • LDH de Conflans-Andrésy-Chanteloup-Maurecourt
  • LDH de Mantes la Jolie et du Mantois
  • LDH de Poissy et environs
  • LDH de Verneuil et environs
  • Mouvement de la Paix comité local (Achères, Carrières, Poissy)
  • MRAP Yvelines
  • RESF 78
  • Voisins Solidaires de Versailles

Crise sanitaire : lettre ouverte du Réseau Amy aux député(e)s des Yvelines

(version PDF en bas de cet article)

Les Yvelines, le 20 mars 2020

Mesdames et messieurs les Député(e)s des Yvelines

Lettre ouverte

Objet: Urgence sanitaire pour les personnes migrantes
(demandeuses d’asile, réfugiées ou sans papier)  en situation de précarité

Madame (Monsieur) la(le) Député(e),

Notre réseau pour l’accueil des migrants en Yvelines, qui regroupe 29 associations et collectifs en contact quotidien avec des personnes migrantes, notamment demandeuses d’asile et réfugiées, s’adresse à vous dans le contexte actuel d’urgence sanitaire qui impacte l’ensemble des habitants de notre pays et particulièrement les plus précaires d’entre eux.

En cette période de crise sanitaire, où il est fait obligation à chacune et chacun de rester chez soi, nous pensons d’abord aux personnes sans abri, qui n’ont pas de « chez soi ».

Comme vous le savez, le 115, dont le rôle est de fournir une mise à l’abri aux personnes à la rue, est complétement débordé dans notre département. De nombreux sans abri n’obtiennent pas de réponse du 115 ils sont alors contraints de vivre  à la rue, dans des abris de fortune plus ou moins précaires, isolés ou en campements.

Certes, nos associations se réjouissent de la décision du gouvernement de reporter de deux mois la fin de la trêve hivernale qui va éviter la remise à la rue des personnes bénéficiant des hébergements d’hiver.

Mais cela ne résout pas la situation des personnes actuellement sans abri.

Cela n’empêche pas non plus la mise à la rue des personnes qui ne bénéficient pas de la trêve hivernale demandeurs d’asile hébergés en établissements spécifiques (CADA, HUDA, PRAHDA, etc.), personnes sous le coup de décisions d’expulsion ne prévoyant pas le bénéfice de la trêve hivernale.

C’est pourquoi nous insistons auprès de toutes les autorités de l’Etat et particulièrement de vous, membre de la représentation nationale,

  • pour que toutes les mesures soient prises pour que les personnes sans abri soient immédiatement hébergées, quelle que soit leur situation administrative vis à vis du séjour, et « quoiqu’il en coûte » comme l’a indiqué le président de la République ;
  • pour que personne ne soit expulsé de son logement ou lieu de vie, ou qu’il ne soit mis fin à son hébergement, sans qu’un autre hébergement ou un logement ne lui soit proposé ;
  • pour que les personnes hébergées sans ressources aient accès à l’aide alimentaire, par exemple sous forme de bons alimentaires ;
  • et pour que toutes les personnes aient accès aux soins médicaux, qu’elles aient, ou non, des droits ouverts à l’assurance maladie.

S’agissant plus particulièrement des demandeurs d’asile, nous demandons :

  • Que l’OFII cesse de prendre des décisions de suspension ou de retrait des conditions matérielles d’accueil ( = CMA) à leur encontre. Ces décisions ont en effet pour conséquence que ces personnes perdent leurs droits à l’hébergement et à l’allocation pour demandeur d’asile, et risquent de se retrouver sans abri et sans ressource. Que les CMA soient rétablies aux demandeurs d’asile à qui elles ont été supprimées.
  • Concernant les personnes qui n’ont plus le statut de demandeur d’asile, parce qu’elles ont été reconnues réfugiées ou bénéficiaires de la protection subsidiaire, qu’elles ont été déboutées de leur demande, ou qu’elles ont obtenu un titre de séjour pour un autre motif que l’asile, nous demandons qu’il ne soit pas mis fin à leur hébergement par l’OFII, tant qu’elles n’ont pas une autre solution de logement ou d’hébergement.
  • Concernant les personnes en procédure Dublin, y compris celles déclarées « en fuite », nous demandons que la préfecture leur applique la « clause discrétionnaire », c’est à dire que la France devienne responsable de leur demande d’asile puisqu’il est bien évident qu’elle ne seront pas transférées dans un autre pays de l’espace Schengen, alors que les déplacements sont drastiquement limités et que la quasi-totalité des pays européens sont touchés par la crise sanitaire; dans ces conditions, les maintenir en procédure Dublin a pour seul effet de retarder le moment où elles pourront déposer leur demande d’asile; cela nous apparaît comme une mesure qui n’a aucun intérêt pour l’Etat, mais qui contribue à engorger les structures d’hébergement.

S’agissant des personnes actuellement enfermées en centre de rétention en attente d’un éventuel éloignement, nous demandons qu’elles soient immédiatement libérées, puis hébergées si nécessaire ; en effet, compte tenu de la fermeture des tribunaux, elles n’ont pas la possibilité de faire valoir leurs droits, et compte tenu de la restriction des transports aériens et des échanges internationaux, elles ne pourront pas être effectivement éloignées. Par contre, il est à craindre que les centres de rétention ne deviennent des lieux de propagation du virus. 

Nous vous remercions de nous indiquer dès que possible les mesures qui vont être prises pour aller dans le sens de nos demandes.

Nous sommes, bien entendu, disponibles pour échanger avec vous sur ces sujets.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer l’expression de notre respect.

Pour le Réseau AMY.