Mise à l’abri des personnes sans résidence stable – Lettre au préfet de région

En ce temps de crise sanitaire, les associations et collectifs du Réseau pour l’Accueil des Migrants en Yvelines se préoccupent de la situation des personnes sans résidence stable et s’inquiètent de ce que vont devenir ces personnes au “déconfinement”.

C’est pourquoi, le Réseau Amy a adressé le mercredi 27 avril 2020 un courrier à Monsieur le Préfet de la Région d’Ile-de-France concernant la politique de mise à l’abri à l’issue du confinement.

Retrouver ce courrier ci-dessous ainsi que la réponse du Préfet de la Région du 29 avril 2020.

Texte de la lettre envoyée au préfet :

Le dimanche 26 avril 2020

À Monsieur le Préfet de la Région d’Ile-de-France
Copie à Monsieur le Préfet des Yvelines
et à Madame la Directrice de la DDCS 78

Monsieur le Préfet,

Depuis le déclenchement de la crise du Covid-19, l’État a fait selon la Direction Générale des Étrangers en France (DGEF), « l’effort le plus important possible » de mise à l’abri des personnes sans résidence stable, quel qu’en soit le statut. Nous en sommes reconnaissants et nous savons aussi que de nombreuses associations se sont jointes à l’État pour éviter que des familles, femmes et enfants soient laissés à l’abandon.

La raison de cette alliance est qu’il fallait confiner ces populations comme les autres de façon à protéger tout le monde. L’affirmation de la DGEF laisse pourtant entendre que cet effort reste incomplet, ce que nous vérifions sur le terrain.

Nous, les associations et collectifs du Réseau pour l’Accueil des Migrants en Yvelines (Réseau AMY) sommes aussi préoccupés du sort de ces personnes démunies après la crise.

Il nous semble primordial de pérenniser l’ensemble de ces places d’hébergement et non pas seulement une partie comme indiqué par la DGEF et la DGCS lors de la réunion du 15 avril avec les associations.

Il nous paraît fondamental que ces personnes puissent bénéficier d’une mise à l’abri en raison de leur extrême pauvreté.

Nous souhaitons :

  • que tout le monde dispose d’un toit durant la crise ;
  • que celles et ceux qui ont disposé d’un toit pendant la crise continuent à être hébergé(e)s ;
  • que la totalité des places mises à la disposition en raison du confinement restent disponibles en raison de la pauvreté.

Dans l’attente de votre réponse nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, à notre attachement aux principes de fraternité et de solidarité et d’agréer l’expression de notre respect républicain.

Pour le Réseau-AMY, le comité d’animation

Texte de la réponse du Préfet :

Paris le 29 avril 2020,

Mesdames, Messieurs,

Par lettre en date du 26 avril 2020, vous avez bien voulu me faire part de vos propositions pour assurer une sortie du confinement qui préserve la continuité des hébergements mobilisés au bénéfice des publics accueillis dans le cadre de l’épidémie de COVID19. Je vous en remercie.

Soyez assurés que les services de l’Etat sont pleinement mobilisés pour répondre, tant au niveau régional qu’à l’échelon départemental, aux enjeux qui vont se poser à compter du 11 mai prochain pour ce public vulnérable. Dans ce cadre, un groupe de travail associant les grands élus, les services de l’Etat, des représentants des opérateurs du logement et des gestionnaires des structures d’hébergement a été constitué. Je ne manquerai pas de vous tenir informé des actions qui seront décidées dans ce cadre.

Je vous prie de d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de ma considération distinguée.

Michel CADOT

Copie : Monsieur le Préfet des Yvelines