Le 18 décembre 2018, à 18h Place de la République à Paris et dans de nombreuses autres grandes villes de France, Journée Internationale des Migrant-e-s Mobilisons-nous…

https://www.facebook.com/18decembre/

À noter que le réseau Amy et plusieurs associations des Yvelines font partie des premiers signataires de l’appel à la mobilisation.

Liberté et Egalité des droits !
Nous, Collectifs de Sans-papiers et MigrantEs, Syndicats, Associations et Marche des Solidarités appelons à des manifestations et rassemblements dans tout le pays le 18 décembre à l’occasion de la Journée Internationale des MigrantEs.
Nous marcherons toutes et tous ensemble, contre la montée des nationalismes, des racismes et des fascismes qui s’étendent sur l’Europe et le monde.
Nous marcherons aux flambeaux en mémoire des dizaines de milliers de femmes, hommes et enfants  mortEs sur les routes de la migration victimes des frontières et des politiques anti-migratoires des gouvernements des pays les plus riches de la planète et de leurs complices.
Nous marcherons pour en finir avec ces mortEs, pour la liberté de circulation et la fermeture des centres de rétention.
Nous marcherons contre l’idée que l’immigration crée du dumping social, pour la régularisation des sans-papiers et pour l’égalité des droits.
Nous marcherons pour la ratification par la France de la “convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille” adoptée par l’ONU le 18 décembre 1990 et qui vise à garantir l’égalité de traitement entre travailleurs français et immigrés.
C’est la précarisation générale, la remise en cause des acquis sociaux par les politiques d’austérité menées par nos gouvernants qui nourrissent les sentiments de mal-être et de repli sur soi dans la population. C’est en luttant ensemble que nous pourrons nous battre efficacement pour une société meilleure et égalitaire. 

:

Pour rejoindre la liste des signataires, écrivez à contact-18decembre@framalistes.org

Lettre ouverte au Préfet sur l’hébergement d’urgence 29 juin 2018

Versailles, le 29 juin 2018

Objet : Lettre ouverte

Monsieur le Préfet des Yvelines,

Nos associations alertent de longue date vos services sur la situation des personnes à la rue non hébergées faute de propositions, le 115 étant débordé et aucune autre proposition ne leur étant faite.

L’Etat a souvent une importante part de responsabilité dans le fait que ces personnes soient à la rue. C’est le cas, lorsqu’il décide d’expulser des personnes en situation de grande difficulté sans prévoir leur hébergement, en leur donnant pour consigne « Appelez le 115 », alors que vos services savent pertinemment que le 115 est saturé et ne va pas pouvoir les héberger !

Cette situation s’est produite jeudi 21 juin. Des familles roumaines avaient été expulsées de Triel-sur-Seine le 14 juin. Environ 70 personnes avaient demandé à bénéficier pour une semaine de l’hébergement d’urgence proposé par l’Etat. Seules quelques familles ont pu bénéficier d’une prolongation d’hébergement par l’Etat. Le 21 juin, vos services ont ordonné la mise à la rue de plus de 50 personnes dont au moins 29 enfants parmi lesquels plusieurs bébés, avec pour seule consigne « Appelez le 115 ».
Comme la situation mentionnée plus haut le laissait prévoir, aucune de ces personnes n’a eu de réponse positive ! Ce jour-là, plus de 120 personnes qui avaient fait appel au 115 ont dû dormir dans la rue. Sans compter les nombreuses personnes qui dorment habituellement dehors et qui, par découragement, n’appellent plus le 115, comme de nombreux Tibétains dans la plaine d’Achères.
Le lendemain, même situation !

Depuis le 21 juin, ces familles, éminemment vulnérables, sont en errance, pourchassées par la police là où elles essaient de s’installer, sans solution d’hébergement.
Il s’agit d’êtres humains, Monsieur le Préfet, de femmes, d’hommes, d’enfants et de bébés. Beaucoup de ces enfants sont nés en France, n’ont jamais vécu ailleurs. Quelle image ces enfants vont-ils avoir, en grandissant, de leur pays, la France ?

Monsieur le Préfet, vous avez été récemment nommé Préfet des Yvelines, vous êtes précédé d’une réputation de grande humanité. Nos organisations sont d’autant plus déçues en constatant que vous menez une politique d’acharnement envers les plus faibles.
Nous vous demandons instamment :

  • d’héberger dans l’immédiat, de manière stable, toutes les personnes sans abri depuis l’expulsion du 14 juin qui le souhaitent.
  • De vous engager pour l’avenir, à ne pas procéder désormais à l’expulsion de personnes ou familles en difficulté sans avoir prévu auparavant les moyens de leur hébergement pérenne.
  • De revoir les moyens de l’hébergement d’urgence, du 115 en particulier, afin que toutes les personnes qui en ont besoin soient hébergées sans délai et que personne ne dorme dans la rue.

Nous sommes prêts à vous rencontrer pour échanger sur ces questions, dans la mesure où cela ne retarderait pas l’hébergement des familles expulsées le 14 juin 2018.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre respect.

Signataires :

  • ACI 78 (Action catholique des milieux indépendants)
  • Action Catholique Ouvrière 78
  • ATD Quart Monde _ délégation des Yvelines
  • ACIMA (Association Citoyenne pour Montigny à Venir)
  • Association Démocratie et Solidarité sur Villepreux
  • ATTAC 78 Nord
  • Cercle de Silence de Mantes la Jolie
  • Cercle de Silence de Versailles
  • CAMA (collectif pour l’accueil des migrants à Achères)
  • CEFY (collectif étrangers français en Yvelines)
  • Collectif des petits déjeuners de la préfecture et des fêtes de la fraternité de Versailles
  • Collectif de Soutien aux réfugiés et sans abri de la Confluence
  • Collectif Voisins Solidaires de Mézy-sur-Seine
  • CIMADE 78
  • CCFD-Terre Solidaire78
  • Communauté Emmaüs du 78
  • CFDT (Union Départementale des Yvelines)
  • CGT (Union départementale 78)
  • Confluence, Ecologie, Solidarité
  • Croyants en Liberté Yvelines
  • Hugues Fresneau, un des responsables de La Pierre Blanche
  • Jean-Pierre Bercovici, responsable de l’équipe Roms78 du Secours Catholique
  • Caritas France
  • Les Voisins solidaires de Versailles
  • Ligue des droits de l’Homme 78
  • Mouvement de la Paix
  • RESF 78 (réseau éducation sans frontières)
  • Romyvelines
  • Un ailleurs pour tous
  • Union Syndicale Solidaires

Lettre aux sénatrices et aux sénateurs

Voici la lettre envoyée ce 4 juin 2018  à A Mme Marta de Cidrac,  Mme Sophie Primas, M.  Gérard Larcher, M. Michel Laugier, M. Martin Lévrier et M. Alain Schmitz

Mesdames les sénatrices, Messieurs les sénateurs,

Vous débattrez prochainement du projet de loi portant sur l’immigration et l’asile, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 22 avril 2018.

L’écrasante majorité des dispositions contenues dans ce projet de loi gouvernemental suscite notre vive inquiétude, et en tant que réseau composé de citoyen.ne.s, collectifs et associations, nous souhaitons vous en faire part. Cette lettre ne vise pas à faire un recensement exhaustif de toutes les mesures qui appellent selon nous des critiques, mais s’efforce d’attirer votre attention sur quelques uns des points de la réforme projetée qui nous paraissent particulièrement alarmants. Nous espérons que nous aurons l’occasion d’évoquer oralement avec vous d’autres sujets.

Lire la suite ici : Projet de loi Asile et immigration Lettre au sénateurs et sénatrices des Yvelines juin 2018

Il a été joint, le communiqué de presse des EGM, le manifeste des EGM ainsi qu’une liste de quelques faits intolérables constatés dans les Yvelines. Voir ici

Faits intolérables dans les Yvelines

 

Etats Généraux des Migrations 26-27 mai 2018 Montreuil

États Généraux des Migrations :
déclaration historique pour une
politique migratoire alternative

La première assemblée plénière des États Généraux des Migrations s’est tenue les 26-27 mai à Montreuil. Les centaines de participant.e.s ont adopté une déclaration inédite, fruit de la consultation de dizaines de milliers de citoyens, afin de proposer « un socle commun pour une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité des personnes ».
Plus de 500 personnes, représentant les quelques 106 assemblées locales présentes dans 76 départements, ont assisté deux jours durant à la première session nationale des États Généraux des Migrations qui se tenait dans la grande salle des fêtes de la mairie de Montreuil. Lire la suite ici:  Communiqué de presse_manifeste c_ommun_EGM

Manifeste des Assemblées Locales réunies pour la 1ère session plénière des États Généraux des migrations1
Socle commun pour une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité des personnes

EGMigrations_Socle-commun_27mai2018def

La presse en parle:

https://www.bastamag.net/Les-Etats-generaux-des-migrations-rendent-visible-la-France-solidaire-et

Tour Alternatiba Les Mureaux lundi 4 juin 2018 / 11h-17h

Le réseau AMY tiendra un stand pour informer lors de cet évènement. Venez nous y rencontrer.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Communiqué de presse Tour Alternatiba

Extrait “Du 9 juin au 6 octobre 2018, alors que les objectifs pour le climat fixés par l’Accord de Paris ne sont pas respectés, le Tour Alternatiba s’élancera une nouvelle fois sur des vélos multiplaces pour un périple de 5800 kilomètres parcourant 200 territoires en France et dans les pays frontaliers, afin de diffuser partout un message porteur d’espoir : oui, les alternatives existent, nous pouvons vivre autrement, nous pouvons vivre mieux, et nous pouvons empêcher l’aggravation du dérèglement climatique !

Avant de s’élancer de Paris le 9 juin, le Tour Alternatiba fera un « tour de chauffe» des banlieues qui passera notamment dans les Yvelines par Vélizy, Les Mureaux et Houilles.

 

Voici le programme de l’étape Alternatiba aux Mureaux :

 11h00 : Ouverture du Village des Alternatives

11h30 : Rendez-vous au point de départ de la Vélorution au carrefour de la RD 154 et la RD59 (= parade à vélos) [la vélorution partira à 12h15]

12h15 : Départ de la Vélorution à travers les Mureaux et jusqu’à la Place de la République (Marché de Bécheville)

13h00 : Arrivée place de la République, au Village des Alternatives

Animations et ateliers gratuits, troc, collecte de livres, exposants et restauration sur place.

 17h : Clôture du Village des Alternatives

APPEL A BENEVOLES

Le collectif Alternatives en Vallée de Seine recrute ses bénévoles pour l’étape du 4 juin aux Mureaux. Vous souhaitez rejoindre l’aventure ?”

Contactez alternatives@trielenvironnement.com

 

 

Vademecum des gestionnaires de centre

Hébergement des migrants à Paris et en Ile-de-France sept 2016

Annulation partielle du Vademecum des CHUM / Décision T.A. de Paris du 13 avril

Il y a un an, la Cimade, Dom Asile, le GAS et le Gisti, défendu par l’avocate Mylène Stambouli, ont contesté devant le tribunal administratif de Paris, le vadémécum établi par le préfet de région Ile de France pour les centres d’hébergement d’urgence migrants.

Par un jugement du 13 avril 2018 (cf PJ), le TA vient d’annuler partiellement ce vademecum, sur les motifs de fin de prise en charge en considérant que ce contrôle de la situation administrative ne faisait pas partie des critères à évaluer pour l’entrée ou le maintien dans l’hébergement d’urgence prévu par l’article L. 345-2-2 du CASF.

Ainsi, le TA estime qu’au nom du principe d’inconditionnalité de l’hébergement, trois des motifs de fin de prise en charge n’aurait pas du être intégré à ce vademecum :

– absence le jour du passage du GIP

– absence réitérée aux rendez-vous proposées par les préfectures ou refus de mener les démarches à leur terme

– la personne n’a effectué aucune démarche

Le préfet a tenté de faire reporter les effets de l’annulation (d’où le long délai pour obtenir une décision) mais sans obtenir gain de cause. Ainsi, cette décision a des effets sur les prochaines décisions de fin de prise en charge mais également sur celles déjà notifiées.

Cette décision prive l’Etat de son meilleur outil pour remettre les personnes hébergées à la rue. Il est possible qu’ils trouvent vite une parade (notamment en transformant ces lieux en hébergement d’urgence asile, qui permettrait des fins de prise en charge de ce type). En attendant, n’hésitez pas à être vigilant si vous voyez des fins de prise en charge sur ce motif, pour contrer ces décisions.

Dom’Asile
TA Paris, 13 avril 2018, Cimade et autres, N°1704945(1)